Canyoning à Castellane dans les gorges du Verdon

Canyoning à Castellane dans les gorges du Verdon - 0
Canyoning à Castellane dans les gorges du Verdon - 1
Canyoning à Castellane dans les gorges du Verdon - 2

Vous souhaitez vous évadez et vous divertir dans des lieux insolites? 
La Maison du canyoning  vous emmène en canyon, en escalade ou via ferrata à la découverte de paysage d’exception!!

En famille, entre amis, amateurs de sensations fortes, sportifs ou débutants chacun y trouvera son compte!

Spécialiste du canyoning, de l'escalade et de la via ferrata, nous aurons le plaisir de vous accompagner durant ces activités de plein air ludiques et conviviales.

Basé à Castellane, nous parcourons la région pour vous faire partager notre passion dans les nombreux sites naturels d’exception : Gorges du Verdon et les diverses vallées de l’arrière pays niçois.

Notre équipe de moniteurs (diplômés d’état) expérimentés, possède une très bonne connaissance des canyons. Nous vous garantissons sécurité et qualité dans toutes nos prestations.

Vous venez de MarseilleToulonGrasseNiceCastellane ou d'ailleurs? En fonction de votre âge, votre niveau et votre recherche de sensation, nous trouverons ensemble le ou les canyons qui correspondent à vos envies.

Pour participer aux activités, contacter nous pour avoir des renseignements puis réserver et nous vous fournirons toutes les informations nécessaires (Lieux et heures de R.D.V, matériel à prendre, informations sur la météo, niveau d’eau ...).

A bientôt pour de belles aventures !

 


Quelques infos sur notre région  des gorges du Verdon

Castellane :

Village de Castellane, dans les Alpes de haute Provence

L´Histoire de Castellane, est tout à la fois mouvementée et parsemée d´événements douloureux (invasions sarrasines, guerres de religion). Le bourg de Castellane change plusieurs fois de nom : Ducelia, un oppidum établi sur le Roc ou l´une des hauteurs voisines ; Salinae, la ville Romaine dans la vallée ; Petra Castellana, le bourg d´abord enserré dans ses remparts et qui, en s´élargissant, formera peu à peu l´actuelle Castellane.

Ce qui explique l´origine du pays des Saliniens, c´est certainement la présence sur son territoire de sources salées. Il en existe toujours une, très abondante, véritable résurgence qui se trouve au-dessus de la route de Draguignan, au lieu-dit le "Moulin"(de la Salaou). Une autre source coulait au pied de la colline de Bouquet, à environ 800 mètres de la première, le débit était suffisant pour alimenter deux fontaines et fournir l´eau salée à toute la population de Castellane. On y retirait par évaporation le sel nécessaire à la consommation. Le droit accordé à la ville de Castellane par les Comtes de Provence de pouvoir puiser librement aux fontaines salées et reconnu ensuite par les Rois de France, a été considéré pendant des siècles comme un privilège de grande valeur.

La cité des Saliniens se situait vers le Quartier Notre Dame. Les Sarrasins avaient déjà saccagé et brûlé les villes de Nice et de Vence. En l´an 812, leur fureur les porta sur la cité des Saliniens, qui fut mise à feu et à sang. Après ce désastre, les survivants mirent tout leur espoir en cette citadelle inexpugnable qu´est le "Roc". A l´est de Castellane, dominant la ville et la riante plaine qui s´étend à ses pieds, il y a un énorme rocher, d´environ 180 mètres de hauteur et 75 mètres de large, taillé d´une seule pièce sur le Verdon. Ce rocher était tout indiqué pour servir de défense naturelle et de refuge. Sur le sommet à 903 mètres d´altitude s´étend un plateau d´environ 640 m². Cette plate-forme allait devenir une place forte invincible.

Elle fut fortifiée par une quadruple enceinte de murailles superposées dont on peut encore aujourd´hui apercevoir les vestiges. Lorsque cette place fut achevée ainsi que la construction de son château, on lui donna le nom de "Petra Castellana". (Du Latin : Castellana, Castrum, camp retranché, château fort, et petre : bâti sur la pierre, dur, solide). Petra Castellana offrait bien des avantages à ses habitants, mais il est de toute évidence que le terroir ingrat disposé en terrasse, exigeait beaucoup de force et de courage pour le cultiver.

Son accès difficile présentait de sérieux inconvénients pour le commerce et l´industrie. Il était donc tout naturel de voir la population porter des regards d´envie sur la plaine luxuriante et fertile. L´agriculture y trouvait une source de richesses, le commerce et l´industrie y rencontraient des avantages qui favorisaient le développement. Ajoutons à cela, en ce siècle de foi profonde, les difficultés d´accès qui privaient les infirmes et les vieillards de l´accomplissement de leurs devoirs religieux. Cette dernière considération nous amène à la construction de la première chapelle dans le bourg, Saint-Victor (fin XIe, début XIIe) L´exode de Petra Castellana vers le bourg, commencé vers l´an 1000, fut une oeuvre très lente qui s´échelonnera non pas sur plusieurs années, mais sur des siècles.

Le Verdon Tout à la fois frontière et transition entre les Alpes et la Méditerranée, le Parc du Verdon présente une grande diversité géographique, climatique et géologique. Le patrimoine naturel bénéficie de ces différentes influences qui, de la garrigue aux pelouses alpines, des falaises aux plateaux, définissent autant de niches pour une flore et une faune riches et diversifiées.

Les gorges du Verdon :

Les Gorges du Verdon

Les Gorges du Verdon sont une des plus beaux sites naturels d'Europe. les Gorges du Verdon situées entre Moustier Sainte-Marie et Castellane, sont la partie la plus spectaculaire. La rivière Verdon prend sa source vers le col d'Allos 04 dans le massif des Trois Evêchés (2819 m). Il suit les plissements alpins, puis il traverse les plateaux calcaires de la Haute Provence en les entaillant profondément, formant ainsi un canyon étroit et profond, dominé par des falaises verticales d'une hauteur de plus de 300 mètres, pour 6 à 100 mètres de large au niveau de la rivière du Verdon, et 200 à 1500 mètres d’un versant à l’autre au sommet des gorges jusqu'au lac de Sainte-Croix.

La rivière du Verdon se jette dans la Durance, près de Vinon-sur-Verdon après avoir parcouru près de 175 kilomètres. Son parcours le plus intéressant se trouve entre Castellane et le Pont du Galetas, sur le lac de Sainte-Croix Longtemps les hommes ont évité de s'y aventurer. Le niveau de l’eau correspond à plus de 2 m3 par seconde et en cas de pluie la rivière est sujette à des crues soudaines et sans échappatoire pour les explorateurs téméraires.

La première traversée des gorges par la rivière fut réalisée par Alfred-Edouard Martel un spéléologue envoyé par la Compagnie électrique du Sud-Est, et ses compagnons A. Janet, Louis Armand et Isidore Blanc, un instituteur à Rougon en 1905. Ils parviennent à franchir le canyon du couloir Samson près de Rougon au pont romain d'Aiguines en 4 jours. Aujourd'hui il y a un sentier de randonnée aménagé qui suit les Gorges sur une quinzaine de kiloètres (le sentier Martel), il est recommandé aux randonneurs sportifs et bien équipés. Les gorges du Verdon constituent sur une bonne distance, la frontière entre les départements du Var au sud et les Alpes-de-Haute-Provence au nord, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Cette région, entre Castellane et le lac de Sainte-Croix, s’appelle les gorges du Verdon. Elle se divise en trois parties distinctes:

  • les Prégorges, qui vont de Castellane à Pont de Soleils ;
  • les Gorges qui vont de Pont de Soleils à l’Imbut ;
  • le Canyon qui va de l’Imbut au Pont de Galetas.

La flore du parc du Verdon :

Flore des gorges du Verdon

Le relief varié et la transition climatique, de la douceur méditerranéenne aux climats montagnards, définissent une multitude de milieux hébergeant chacun une flore plus ou moins spécifique représentant, avec ses 2 000 espèces, plus du 1/3 de la flore de France.

Distinguons :

  • La zone méditerranéenne, où la flore est adaptée à un climat doux l'hiver, sec et caniculaire l'été. C'est la zone de culture de l'olivier (Olea sativa). Le chêne vert (Quercus ilex), le cade (Juniperus oxycedrus) ou le romarin (Rosmarinus officinalis) en sont des indicateurs. Le pin d'Alep (Pinus halepensis) côtoie le chêne vert dans les bois et forêts. Le chêne kermès (Quercus coccifera) couvre les coteaux arides de Gréoux.
  • L'étage collinéen, entre 600 et 1 200 m d'altitude, couvre la plus grande partie du Parc du Verdon. Il est marqué par la présence du pin sylvestre (Pinus sylvestris) et du chêne pubescent (Quercus pubescens). Des landes de genêt cendré (Genista cinerea) et de buis (Buxus sempervirens) colonisent les espaces déboisés et les cultures à l'abandon.

Sur le plateau de Valensole, les cultures de lavandin (Lavandula angustifolia x latifolia) et de blé dur (Triticum durum) permettent la présence d'une intéressante flore messicole. Des espèces rares, endémiques, protégées: La rarissime doradille de Jahandiez (Asplenium jahandiezi) est une discrète fougère des parois ombragées, endémique stricte des gorges du Verdon. Le lis de pomponne (Lilium pomponium = L. rubrum) sur les coteaux arides, le lis martagon (Lilium martagon) dans les sous-bois de montagne, la pivoine officinale (Paeonia officinalis subsp. huthii) et la tulipe sauvage (Tulipa sylvestris) sont des espèces protégées. Une cinquantaine d'orchidées sont présentes sur le territoire du Parc du Verdon: les ophrys (Ophrys) des pelouses méditerranéennes, l'orchis grenouille (Coeloglossum viride) du Montdenier, la racine de corail (Corallorrhiza trifida) des hêtraies, l'orchis à corne courte (Orchis spitzelii) des pinèdes...

La faune du parc du Verdon :

Faune des gorges du Verdon

La diversité des milieux et la faible occupation humaine expliquent la richesse de la faune du Parc du Verdon. Une cinquantaine d'espèces de mammifères fréquentent le Parc du Verdon. Il est possible d'observer des castors dans le bas Verdon et des marmottes sur les pelouses montagnardes, de rencontrer un hérisson, de surprendre un lapin et de petits rongeurs ou un écureuil, de croiser un renard ou un blaireau, d'apercevoir un lièvre, un chamois ou un chevreuil (tout deux en pleine expansion).

Une quinzaine d'espèces de chauve-souris colonisent les grottes et les cabanons abandonnés.Les 160 espèces d'oiseaux représentent à peu près la moitié de l'avifaune de France Les rapaces sont bien représentés : l'aigle royal (Aquilea chrysaetos) ; le vautour fauve (Gyps fulvus), disparu des gorges du Verdon il y a un siècle environ et récemment réintroduit grâce à un programme développé en partenariat avec la LPO PACA, Vautours de Provence et le Parc ; le vautour percnoptère (Neophron percnopterus) uniquement de passage sur le territoire du Parc ; le faucon crécerelle (Falco tinnunculus) ; le circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) (sur le plateau de Valensole). Le merle de roche (Monticola saxatilis) et le tichodrome échelette (Tichodroma muraria) nichent dans les falaises.

L'outarde canepetière (Tetrax tetrax) et l'oedicnème criard (Burhinus oedicnemus) préfèrent les friches (zones de landes pas trop fermées, pelouses et zones de cultures). Cincle plongeur (Cinclus cinclus) et martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) se rencontrent près des eaux vives, canards (Anas) et héron cendré (Ardea cinerea) sur les étendues d'eau.Le parc du Verdon est concerné par deux Zones d'Intérêt Communautaire pour les Oiseaux (ZICO).

La première préserve les berges de la Durance, riches en espèces des bords de cours d'eau. La seconde couvre le plateau de Valensole, milieu steppique rare en Provence et qui héberge l'outarde canepetière. Une vingtaine d'espèces de batraciens et de reptiles, toutes protégées, sont présentes sur le territoire du Parc du Verdon. La cistude d'Europe, seule tortue aquatique française, partage les eaux calmes des basses gorges du Verdon avec la couleuvre vipérine et la couleuvre à collier. Lézards et vipères colonisent les rocailles et les vieux murs, la rainette ou la salamandre les lieux plus frais.

La quasi totalité de la piscifaune du sud de la France est présente, grâce à la qualité des eaux et à la diversité des conditions de vie. La truite fario des torrents, le brochet, le sandre et les ablettes sont recherchés par les pêcheurs.

Chez les innombrables invertébrés, les papillons sont parmi les mieux représentés et les plus faciles à repérer.

Notons, au nord du Parc du Verdon, dans la partie aval de l'Asse, la présence d'une petite espèce endémique du sud-est de la France, l'apron.

Apron des Gorge du Verdon

  • Accueil
  • Canyoning
  • Escalade
  • Via Ferrata
  • Réservation
  • L'équipe
  • Contact
X